Suite du gouffre Courgey à glainans

Thomas ,Louis, Pierre et moi-même sommes allés voir la suite inédite du gouffre. Arrivés à 10h avec un fort verglas Je découvre ce boyau avec ses innombrables étroitures et ses trous de mines. Louis me fait l’historique depuis 1993 avec les anecdotes à chaque chatière. Surtout celle où, en forant en contrebas, il fut emporté par le burineur avant de se coincer la tête en bas. Ensuite, on se retrouve dans le fameux boyau artificiel ou on descend assez facilement en glissant sur un lit de graviers. On arrive alors dans une petite salle avec lavabo à -70m!. On reprend alors la progression et tout à coup, on arrive directement dans le dernier puits inexploré. Thomas et Pierre avait équipé et on se lance dans le puits avec une vingtaine de mètres de corde.

Louis passe le premier et nous le regardons descendre dans un puits qui s’élargit… Enfin du volume… En arrivant en bas (il manque environ 50cm de corde) On se retrouve sur une dalle légèrement oblique aspergée d’embruns de deux ruisselets qui tombent dans le puits. Exploration du fond : l’eau s’enfile dans un petit méandre très fin avant de disparaître en interstrate ! On casse une petite croute et Thomas remonte explorer un petit trou à mi-puits. Il casse quelques cailloux qu’il nous envoie dessus (chacun se cache comme il peut ) et Pierre grave pour la postérité « ASCR 2013 »dans la paroi. On remonte vers Thomas mais il n’y a pas de suite.

Nous attaquons la remontée avec Louis. Au début, tout va bien, mais arriver à mi boyau je n’arrive plus à avancer et les autres m’expliquent que c’est surtout à cause de mon ventre ! et pas par manque de place… La preuve que non : plus haut, mon ventre touche encore le sol et ça va mieux pourtant! Nous ressortons vers 5h et nous arrosons sous une pluie battante cette progression de 20m exceptionnelle à Glainans. Rendez-vous est pris pour plus tard pour la topo et la recherche des courants d’air.

Gaby

Base P20