RDV : 8h30 chez Thomas à Bretigney

Objectif : poser une balise émettrice, afin de localiser le fond du gouffre du Seu qui serait proche de la surface.

Arrivé quelque peu en retard, je rejoinds les équipes déjà formées grâce aux indications d'habitants de Dammartin.

Gaby, Thomas,Troll et moi allons découvrir le gouffre

Vastes volumes

 ...par en dessous tandis que Michel, Guy et Pierre, qui doit encore arriver, aideront les membres du GSCB à localiser l'émetteur en surface.


Le gouffre qui comprend deux puits d'entrée est équipé par le plus simple, corde attachée à un arbre et descente par un plan incliné jusqu’à une petite salle où l'on retrouve le ruisseau qui se perdait à l'amont des puits. La suite n'est pas où on l'espérait, dans la galerie supérieure, mais bien au ras du sol où s'engouffre le ruisseau. Petit méandre étroit à l'origine encore rétréci par l'apport de bois et de feuilles qui font barrage à l'eau.

Pas le choix, c'est par là et Thomas passé devant le confirme, je le suis mais derrière ça coince. Gaby remonte aux voitures chercher une pelle US pour approfondir un peu le passage. Découvrant la suite volumineuse jusqu'au P20 que Thomas équipe, je retourne chercher le reste de l'équipe.

Gaby se décide à venir, mais pour Troll, ce trou n'est pas fait pour lui et il rejoint l'équipe de surface. c'est donc à 3 que l'on descend le joli P20.


La galerie se transforme rapidement en diaclase étroite à la base

... et la suite se fait en cheminant en opposition au sommet de celle-ci, de manière pas toujours évidente. La température monte. On arrive à un croisement : Thomas, le seul à avoir regardé le plan, nous indique qu'il faut prendre à gauche, la droite donnant sur un puits. Gaby décide de rebrousser chemin. Nous repartons à deux mais au bout de quelques dizaines de mètres, nous arrivons au bord du puits. Demi-tour jusqu'au carrefour où Gaby attendait. Déjà une heure de progression, il est 10H30 et on devrait déjà poser la balise au fond. 

Thomas sort son plan qu'il avait pris soin de décalquer (dans une équipe, un au moins doit avoir préparé la sortie) et...

Stupeur, on a presque rien parcouru.

Nous chargeons Gaby (mais c'est pas lourd) le soin d'annoncer que nous aurons plus d'une heure de retard. Nous repartons dans une ancienne conduite forcée très confortable (on tient presque debout par endroit) dont le bas est rempli d'argile dure. C'est tellement facile que l'on retrouve le sourire mais bientôt arrive la diaclase étroite.

Thomas cherche le passage, il n'y en a qu'un où le casque passe et il s'engage le premier avec le kit.

Le départ est situé à 1m du sol

je lui cale les pieds pour qu'il arrive à progresser. Il ne peut tourner la tête vu l'étroitesse du lieu mais confirme la direction grâce à la terre laissée par d'autres. Thomas est passé avec le kit et mon aide. Mais moi, il ne me reste plus qu'un tas d'injures envers ce p..... de trou pour m'appuyer, j'en rajoute un peu et fini par passer aussi, y'a pas le choix ! La diaclase parait interminable et quand nous la quittons, c'est pour entrer dans un méandre aussi étroit mais recouvert d'argile collante.

"C'est encore loin le fond ?
- J'sais pas, c'est juste après ça."

"Ça" n'a que 2 lettres mais heureusement, car c'est déjà long. Je n'ose pas imaginer le retour, moi qui était venu tranquillement "les mains dans les poches" pour aider à poser la balise au fond. On continue dans cette p... de galerie agrémentée de quelques soutirages.

Soudain, délivrance !

Thomas crie "c'est le bout", on touche enfin au but, et un puits de 11m s'ouvre au sol.

Il est midi. Thomas installe la balise sur un rocher, table sur le bord du puits en passant sur un plan incliné le surplombant. Je lui signale que je ne passerai pas là vu le vide en dessous, il revient donc pour la réinstaller dans la salle. La balise est remise en action mais très vite elle ne clignote plus, serait elle en panne ? Le comble ! Elle doit émettre pendant 1h...

On en profite pour ce restaurer un peu, 4 barres de céréales de Thomas, une bouteille d'eau et la tablette de chocolat à l'orange de Gaby. On ne pouvait pas la rendre, elle était toute cassée. Merci Gaby.

C'est large.

Tout en mangeant, on se demande ce que l'on est venu faire dans ce p... de trou. On serait mieux à Glainans, c'est peu dire. Maintenant, il faut lever la topo de l'endroit. Sans mes lunettes, je ne peux que tenir le laser-mètre et le montrer à Thomas pour qu'il y lise les indications. Au plafond, une fissure d'axe Sud-Nord laisse passer quelques racines chevelues, signe de surface proche. Le laser indique une profondeur de puits de 18m. Quelques photo sont prises. Déjà 1h au fond, l'heure du remballage a sonné et le départ s'effectue dans la foulée.

Le retour s'effectue avec l'avantage de savoir le chemin à prendre

et le désir de sortir le plus vite possible de ce p... de trou pour aller voir... le Père Noël qui vient à Osse.

On prend néanmoins le temps de photographier les VOLUMES.

À l'extérieur ne reste plus que Michel et Troll qui nous rassurent sur le bon fonctionement de l'émetteur.

Une sortie sportive, à vous dégoûter de la spéléo !

+q2M

Les Photos des quelques beaux volumes du Gouffre