Vendredi 3 jan 2014, nous sommes allés avec Thomas et Rolland pour avancer dans la désob du gouffre des ACREVAUX à Lanans. Un entonnoir d’entrée donne sur une petite pièce jonchée de nonos divers parmis lesquels Rolland pense avoir trouvé une dent de loup ou d’ours brun …. Depuis une dizaine d’année, les spéléos agrandissent une faille à coup de perceuses et de moyens plus radicaux. En 2013 l’ASCR reprend la désob en bas d’un tuyau artificiel d’une dizaine de mètres. Le but du jour est de déblayer de la caillasse en bas du tuyau. On commence par remonter les déblais qui avaient été stockés à mi-chemin à l’aide d’une idée de bidon faufileur piqué aux africains des mines de diamants. Voir photo

Sceau desob

 

 

.L’avantage est qu’il ne raccroche pas comme parfois certains seaux ou balises et qu’il ne coute pas cher. Il est parfois dur à vider lorsqu’il est rempli de gros cailloux. Par contre, il ne se vide pas même s’il pivote d’un quart de tour.

Ensuite on a sorti des cailloux que nous avons stockés à la place des premiers ! (Ambiance désob). Quand il y a eu plus de place en bas, Rolland et Thomas ont analysé le courant d’air. Il sort d’un petit méandre situé sous le tunnel. Donc on creuse dans un remplissage de petits cailloux mais le méandre ne s’élargit pas beaucoup sauf à sa base. Fausse piste. Thomas vide ensuite en suivant le pendage mais il tombe sur une couche d’argile. L’eau n’est pas passée par là. Fin de la journée, sans suite évidente (selon la formule consacrée) en direction de la Source Noire.

Nos spécialistes pensent que le courant d’air n’est dû qu’à la forme du plafond qui évacue de l’air réchauffé par la roche en aspirant de l’air au sol qui s’infiltre dans les cailloux avant de ressortir par le méandre

En schéma simplifié ça donne :

Gaby