Comme annoncé pour ce dimanche, départ de bonne heure.
7H30, en route. M*rde, le casque ! Retour 7H40. Nouveau départ 7H45.
6 km plus loin, équipement du bonhomme, de la cavité et descente avec tous le matos de désob.
Au fond, deux surprises m'attendent:
  • les grenouilles toutes maigres du printemps sont maintenant bien en chair, mais elles se cachent vite sous les cailloux sauf une… boutonneuse. (les plus faciles à attraper ne sont pas les plus belles)
  • Le squelette d'un chevreuil dans un coin qui a du tombé accidentellement dans le puit.
Le but de la sortie est de faire péter les coudes pour progresser, les déblais ayant été évacués lors d'une précédente sortie avec Pierre.
Après avoir percé le 1er coude, je déclenche le tonnerre depuis le bas du puit et vais dans la foulée voir le résultat. 
Mais au 15 aout, après l'orage, le brouillard se lève et reste plutôt dense malgré le léger courant d'air. 50cm de gagné mais il faudra un gros coup de foudre pour le prochain virage afin de faire des cailloux fins, qui tomberont dans le fond du méandre.
La suite parait plus grosse et on entend une arrivée d'eau plus importante pas loin. Mais mon temps étant limité, je décide de remonter.
Arrivé en haut du puit, je rassure Guy qui était venu aux nouvelles : il s'inquiétait que je ne sois pas sorti juste après le tir. Avant, on faisait le tir depuis le haut du puit. 

Retour aux voitures, puis cueillette de gris de Sapin avant de rentrer pour l'apéro, et surement le dernier barbecue de l'année.

Louis.