P1080058.JPG

Petit Siblot
4 oct. 2014

Photos : les albums ici et

Participants :
Julien, Charles et Valéry : initiés
Romain, Thomas et Manu : cadres
Pascal : soutien de surface, photos et film

Temps passé sous terre : 4 h

La sortie est prévue à l'origine pour 5 ou 6 initiés, mais après désistements et incompréhension, nous nous retrouvons avec 3 "jeunes spéléo" à encadrer, pour cette initiation à la spéléo verticale.

Récupération des troupes à Baume-les-Dames le matin à 9 h, puis direction de Gouffre du Petit Siblot, jolie verticale permettant de plonger à -70 m sous la surface.

DSC06548.JPG

Thomas installe la corde extérieure, Manu enchaîne la suite de l'équipement.

DSC06568.JPG

Les broches posées sont d'accès confortable pour les initiés, même si parfois un plus grand décentrage aurait permis une descente plus aérienne.

Dans l'équipement, il faut faire des choix. Dans ce gouffre, c'est l'accessibilité qui a primé. En tous cas, merci aux équipeurs !

Notre rythme est parfait : Manu équipe sans se presser, en pensant à la progression des nouveaux spéléos ; et en prenant le temps de tricoter des noeuds tout mignons, parfois directement sur les broches.

 

Romain et Thomas surveillent la progression de Julien, Charles et Valéry. Tout le monde suit sans attente particulière, permettant à tous d'arriver en même temps au bout de notre visite.

 

DSC06560.JPG

Les puits s'enchaînent dans une belle enfilade depuis l'entrée, et la perspective est saisissante avec les spéléos échelonnés le long de la descente.

Nous atteignons sans encombre le point bas de la cavité, après le petit étroit méandriforme qui défend l'arrivée dans la dernière salle.

En fouillant de-ci de-là, Manu met pour la première fois le pied –malgré plusieurs visites précédentes– dans une coquette petite salle, sèche et concrétionnée, qui contraste sympathiquement avec le chaos de blocs au-dessus.
Les 3 initiés ont très bien géré les passages verticaux ainsi que les zones plus intimes, et sont contents de leur visite jusque-là.

Reste à assurer une remontée sans histoire, détendue, et néanmoins concentrée.

DSC06585.JPG

Chacun assure ses gestes, pose des questions, teste la sécurité du matériel et argumente.

P1080068.JPG

Un échange typique entre Julien et Manu :
— Une poignée, ça tient vraiment sur la corde ?
— Oui, si l'on verrouille la position de la corde avec un mousqueton.
— … (Julien n'a pas l'air trop sûr du coup)
— Je te montre ! (Manu, accroché à la même corde, se jette dans la pente. Tout le monde glisse et s'arrête 1 à 2 mètres plus bas). Tu vois, ça tient bien, en fait.
— Oui, effectivement…
(Bon, maintenant, il faut remonter toute la pente, c'est malin)

 

DSC06707.JPG

Le déséquipement est réalisé au fur et à mesure, en collant au train du groupe, et tout le monde sort en début d'après-midi sous un beau soleil d'automne.

Charles découvre alors les joies d'une sortie de puits un peu étroite, où le positionnement des épaules n'est pas une mince affaire. La tête au soleil, les pieds sous terre, il cherche un moment comment sortir de là, mais fait preuve d'un calme impressionnant.

Valéry nous confie ensuite, devant une bonne tranche que charcuterie, qu'il se sentirait mieux sous terre avec quelques kilos en moins…

La spéléo comme argument minceur. 
(On aura tout vu, mais les agences de pub' ne nous ont pas encore fait ce coup-là) 

Je pense qu'il faut vraiment monter un partenariat pour l'été prochain avec Voici une Femme Actuelle en Gala à Paris :

Pour affiner votre silhouette avant l'été :
une semaine de spéléo, organisée dans des gouffres adaptés,
vous permettra d'être enfin à l'aise, pour bronzer.

Minceur et tonus.
Hématomes en bonus.

La traditionnelle réunion de fin de sortie est organisée sur le pouce, avec pique-nique et rafraîchissements. 

Une belle sortie, dont j'espère que le compte-rendu rendra jaloux celles et ceux qui n'ont pas pu nous accompagner !

Manu