trou des curés

Le trou des curés

Source: ExterneParticipants : Apoline, Romain, Thierry, Thomas

Photos : Thomas (mars 2012)

[ndlp : note de la publication, bien sûr]

Samedi, vers 10h00, on avait rendez vous chez Thomas (ça fait Thierry, Romain et moi, Apoline).

On a roulé une petite heure pour aller au trou des curés. On s'est garé dans un chemin de forêt. On a marché au moins un quart d'heure à travers la forêt pour rejoindre le trou, tout en haut, juste sous la falaise.

Thomas savait où était le trou, on l'a trouvé très facilement : C'est un porche de 4m de large et 2m de haut.

C'est la fausse entrée, la vrai se situe juste au fond du porche, il faut regarder en bas.

Thomas est parti devant pour équiper (en double).
Une fois habillés et équipés, Romain et moi on est descendus chacun sur une corde. (J'étais quand même longée à lui).

Source: ExterneOn a atterri en bas du P15, il y avait plein de feuilles : un tapis de 15cm. Thierry qui était avant nous, nous attendait. Thierry, Romain et moi, on s'est demandé où était la suite.

On finit par trouver à droite du puits une petite escalade. Facile pour moi, avec mes leçons d'escalade.
On a pris pieds dans une salle où dormaient paisiblement deux chauve-souris. Sans les déranger Thierry les a photographié. Thomas ne les avait pas remarquées.

La deuxième salle est belle, un peu plus petite que la première, avec peu de boue, il y avait encore une chauve-souris (elle était à ma portée). J'ai voulu la toucher mais Thierry m'a expliqué qu'elle était en période d'hibernation, je risquais de la réveiller et ce n'était pas le moment.
La salle était pleine de cavernicoles (papillons, araignées).

Ensuite on a continué la visite, par une petit boyau, qui donne sur une plein de petits ressauts équipés.

J'apprends alors a passer un fractio, une déviation...

Source: ExterneEnfin on a fini par rejoindre Thomas qui était en train de s'enfoncer au fond de la grotte : le fond était plein de boue liquide !
Ça faisait comme des sables mouvants !

Je suis remontée en compagnie de Thomas [ou Thierry] qui a détricoté les nœuds que Thierry [ou Thomas, ou quelqu'un d'autre, ou personne : en spéléo, on sait tous que les noeuds peuvent se faire tout seuls, surtout au plus mauvais moment !] avait fait avec la corde, ma poignée et mon Croll.

[Cet épisode ténébreux fait l'objet d'investigations plus poussées, car les témoins présents sur les lieux rapportent une version différentes des faits. L'inspecteur Spélombo, domicilié à Bretigney, est sur l'affaire...]

Après cela nous filons tous les deux en surface, pendant que Romain et Thierry déséquipent.

Thomas m'a félicité pour ma rapidité à remonter.

Le vent qui traverse le porche d'entrée nous a fait partir au plus vite.
On est tranquillement redescendu [vers les voitures], j'étais contente de la sortie ; Romain et Thomas m'ont dit que j'avais assuré.

Apoline, 9 ans 1/2

[ BRA-VO ! ]